Le théâtre du poulailler – Helen Peters

Hannah, aînée de la fratrie, rêve d’écrire et de jouer ses pièces de théâtre. Mais son père, qui est sur le point de perdre sa ferme suite au décès de sa femme, s’y oppose farouchement. Alors, sans en parler à son père, elle décide de participer à un concours avec son amie Lottie en créant le théâtre secret du poulailler, espérant gagner le premier prix et ainsi aider son père pour garder la ferme…
Un beau roman, frais et plein de rebondissements, que l’on aime partager. De ces romans enthousiastes, où l’on suit la volonté d’une jeune fille de réaliser ses rêves, des valeurs de solidarité mais aussi la difficulté de faire vivre une petite ferme.

Le théâtre du poulailler - Helen Peters

Le théâtre du poulailler
Helen Peters
Folio Junior – Mai 2013
9,50 €

Le théâtre du poulailler - Helen Peters

Broadway limited, T1 Un dîner avec Cary Grant – Malika Ferdjoukh

Enooorme coup de cœur pour la dernière fresque plantée par Malika Ferdjoukh ! Impossible de lâcher ce magnifique roman où l’on se retrouve en quelques phrases dans la bouillonnante Pension Giboulée !

Jocelyn Brouillard, 16 ans et demi, boursier, français, débarque un soir d’automne de 1948 à la pension Giboulée. C’est une erreur, un parfait malentendu. Il est à New-York et on l’a pris pour une demoiselle à cause de son prénom. Car la Pension Giboulée est une de ces boarding houses exclusivement réservées aux jeunes filles qui veulent demeurer à l’abri des loups de Wall street et de la 42ème Rue. La gente masculine y est résolument interdite. Heureusement, Jocelyn joue très bien du piano…
Venues de tous les coins d’Amérique, ces jeunes filles rêvent de conquérir la grande ville, de voir leurs noms en haut des théâtres de Broadway.

A Giboulée, elles sont au nombre de 6.
Il y a Chic qui fait des publicités pour du shampooing aux œufs très rose, ou pour des soupes Campbell’s avec de la tomate très rouge qu’elle déteste, et qui se fait offrir des chausse-pieds par ses nombreux soupirants…
Il y a la baroque Ursula, qui chante à la radio, Etchika qui conduit une voiture au prénom de femme fatale…
Et comme si ce n’était pas assez, dans la maison juste à côté habite  Dido, une collégienne qui a des problèmes avec le FBI.
Et que diraient leurs logeuses, la respectable Mrs Merle et son dragon de soeur, si elles apprenaient que, derrière ses lunettes de fille sérieuse, l’énigmatique Manhattan donne de mystérieux rendez-vous à des messieurs dans les bars à Greenwich Village, ou que Page aux charmantes tresses blondes est amoureuse de celui qu’il ne faut pas ?
Enfin, il y a Hadley, qui vend des doughnuts le jour et des allumettes le soir, et qui est peut-être la plus insaisissable de toutes. Hadley est la fille chanceuse qui a un jour dansé avec Fred Astaire…
Oui, l’immense Fred Astaire ! Mais alors pourquoi a-t-elle subitement arrêté la danse ?

Ce diptyque doit son titre au Broadway Limited, le train fabuleux et mythique qui reliait Chicago à Pennsylvania Station au centre de New York…

Malika Ferdjoukh et sa plume toujours sublime balade le lecteur dans l’American way of life d’après-guerre. Tout se joue entre fiction et réalité avec des références, des personnages réels, des pièces, des films, des musiciens… Le lecteur croise de très nombreuses célébrités dans ce roman. Vivement la suite…lecoledesloisirs

Broadway Limited, tome 1 Un dîner avec Cary Grant
Malika Ferdjoukh
Ecole des loisirs, Médium – Mars 2015
19,50 €

Double Jeu

Quentin Silber commence une année dans un lycée huppé du centre-ville après avoir été renvoyé de son lycée de banlieue. Il se sent seul dans un milieu où les barrières sociales sont solidement ancrées depuis des générations, mais s’est juré de se tenir à carreau. Un jour, l’effronterie le prend en tenant tête à sa prof de français, « la » Fernandez, coup d’éclat qui aurait pu tourner à la catastrophe. Mais c’est finalement Mme Fernandez qui va guider Quentin en lui proposant le rôle de Tom dans la pièce de Tennessee Williams, La ménagerie de verre. Cette pièce va entrer en résonance avec ce que vit Quentin, et balayer ses réticences. Il va progressivement remettre en cause ses propres préjugés et se familiarise peu à peu avec les codes de ce nouveau milieu… Il se rapproche de ses partenaires de jeu, d’Heathcliff, jeune dandy solitaire, et de Julie, dont le charme ne le laisse pas longtemps indifférent. Mais, de plus en plus absent pour ses proches, Quentin se sent tiraillé entre deux mondes. Ce malaise latent fait écho à la pièce de Tennessee Williams et, entre la vie et les répétitions du spectacle, l’acteur et son personnage, les frontières tendent à s’abolir…

Blondel nous offre encore un très beau roman où l’épanouissement personnel passe par la culture, cette fois-ci il s’agit du théâtre. L’introspection d’un ado avance sans mélodrame. Un délice de lecture à lire d’une traite.

Double jeu
Jean-Philippe Blondel
Actes Sud Junior, coll. Roman ado – août 2013
11 €

Capture d’écran 2013-08-31 à 21.55.36