Et si c’était lui ? – Jean-Loup Felicioli

Dans un décor enneigé, Chloé et son chien Zorro découvrent, en allant au parc, un vieux monsieur endormi sous une couverture bleue. Les parents de Chloé appellent aussitôt une ambulance pour le conduire à l’hôpital. La fillette pense avoir rencontré le Père Noël…

Un très beau premier album de Jean-Loup Felicioli (films d’animation Une vie de chat et Phantom Boy) qui parle de solidarité, de sans abris, de sentiments, de Noël. Bien des valeurs à remettre au cœur de cette période de l’année particulière.

Et si c’était lui ?
Jean-Loup Felicioli
Editions Syros – Octobre 2018
9782748525885
15,95 €
Dès 5 ans
Publicités

Sally Jones – Jakob Wegelius

Sally Jones est une gorille et elle n’a qu’un nom, Sally Jones. Personne ne l’appelle Sally. Elle est un singe anthropoïde qui a appris la manière dont les hommes réfléchissent, elle comprend ce qu’ils disent. Elle a été initiée à lire, écrire, voler, trahir… Elle est le compagnon d’Henri Koskela qu’elle surnomme le Chef. Ils naviguent ensemble sur le Hudson sur lequel elle est la mécanicienne. Tout était parfait, jusqu’au jour où, en rade à Lisbonne, ils rencontrent Alphonse Morro. Sally Jones et le Chef se retrouvent embarqués dans une sale affaire où Koskela se fera accuser de meurtre et emprisonner. Commence alors l’enquête de Sally Jones, qui l’entraînera du quartier d’Afalma aux lointaines contrées de l’Inde, afin de prouver l’innocence du Chef.

Voici un grand roman d’aventure, plein de rebondissements et d’émotions, de ceux que le lecteur ne peut pas lâcher. Il sera séduit par la douce chanteuse de fado Ana et par le luthier signore Fidardo, voyagera jusqu’au palais du maharadja de Bhapur, se méfiera des yeux glacials du commissaire Garreta. Tout est soigné dans ce livre de plus de 500 pages, l’intrigue digne de la reine des romans policiers, les illustrations qui ne sont pas sans rappeler l’univers d’Anthony Browne, ou encore la traduction par des expertes en suédois et en français. Il est de ces textes qui touchent tous les lecteurs, tels que Tobie Lolness ou Méto. Un roman à glisser d’urgence entre toutes les mains.

Sally Jones - Jakob Wegelius - Th Magnier

Sally Jones
Jakob Wegelius
Traduction : Agneta Segol et Marianne – Segol-Samoy
Ed. Thierry Magnier – Juin 2016
16,90 €
978236479139

Enregistrer

Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

Janvier 1945, sur la route de la Prusse orientale prise, quatre destinées. Des millions de réfugiés Polonais, Lituaniens, Tchécoslovaques sont pris en étau et tentent de rallier à pied les côtes de la mer Baltique pour fuir sur le premier bateau en partance. L’Allemagne nazie considère tous ces ressortissants comme des sous-hommes. De l’autre côté, l’armée rouge pille leurs terres, viole et tue avec une atrocité qui dépasse le sens commun.

Le destin a réuni Emilia, Florian, Joanna et Alfred. Emilia est e de quinze qui a fui le massacre de son village en emportant un lourd secret. Florian, restaurateur d’œuvres d’art allemand fuyant les nazis, est un déserteur au milieu des réfugiés d’Europe de l’Est. Joanna, infirmière lituanienne, a laissé derrière elle sa famille avec une autorisation d’être rapatriée en Allemagne. Alfred est un matelot nazi du Wilhelm Gustloff, paquebot allemand faisant partie de l’opération Hannibal qui doit évacuer des réfugiés. Quatre personnalités qui traversent des étendues glaciales pour sauver leur peau face à l’horreur.

Ruta Sepetys retrace un bout d’Histoire méconnue à travers le prisme de ces différents regards et cultures. Avec des chapitres très courts, elle brosse des portraits à vif, bouleversants de vérité. Après une longue et lente marche dans des paysages de glace, les faits s’accélèrent au rythme de l’Histoire. Un vibrant hommage à des milliers de victimes oubliées.

Un très beau roman que l’on ne peut pas lâcher.

Le sel de nos larmes - Ruta Sepetys

Le sel de nos larmes
Ruta Sepetys
Gallimard jeunesse – Juin 2016
16,50 €
9782070580712

Enregistrer

Enregistrer

Critique du club des lecteurs : Les enfants du Capitaine Grant. Alexis Nesme.

Le mois de février, pour le club des lecteurs, a été consacré aux adaptations de romans via d’autres médias !

Depuis le début du cinéma, beaucoup de livres ont fait l’objet d’adaptations filmiques ; comme Autant on emporte le vent (en 1939), ou plus récemment Harry Potter – en 2001 pour le premier film -, ou encore Deadpool cette année 2016. Cependant, il existe d’autres types d’adaptations, comme celle passant du livre aux beaux-arts, ou à d’autres genres littéraires ; à savoir la poésie ou encore la bande dessinée.
Nos jeunes critiques littéraires se sont, eux, intéressés à deux types d’adaptations : celle passant du roman au film, avec l’œuvre d’Evelyne Brisou-Pellen Himalaya, l’enfance d’un chef, et une autre, passant du roman à la bande dessinée, avec l’œuvre originale de Jules Verne ; Les Enfants du Capitaine Grant.

Voici la critique des Enfants du Capitaine Grant, réalisée par Emma:

« Lors d’une sortie en mer, Lord Glenervan, Lady Héléna et leur équipage trouvent, dans le ventre d’un requin, un mystérieux message de détresse. Il révèle le naufrage d’un navire, le Britannia, et l’enlèvement de son capitaine, Lord Grant. S’il est impossible de savoir ce qu’il est advenu du capitaine et de son équipage, tant le message s’est abîmé, un indice de leur géolocalisation est tout de même lisible ; Grant et son équipe se trouveraient sur le 37e parallèle. Après quelques investigations, l’équipe de Lord Glenervan et Lady Héléna parvient à une conclusion quant à la localisation du capitaine Grant ; il pourrait se trouver en Patagonie. C’est ainsi que va débuter cette grande et longue aventure, entre mers et terres sauvages. Car Lord Glenervan, Lady Héléna, accompagnés des enfants du capitaine Grant, du major McNabbs et du géographe français Jacques Paganel, ne sont pas au bout de leurs surprises… Finiront-ils par retrouver le capitaine Grant ?…

J’ai beaucoup aimé l’adaptation en bande dessinée de ce roman de Jules Vernes. Non seulement, cette histoire m’a beaucoup accrochée, mais en plus, Alexis Nesme – scénariste et illustrateur ici – a su respecter l’esthétique du XIXe siècle ; la couverture est très belle et finement travaillée, et imite à la perfection celles des anciens romans, en cuir rouge et gravures dorées (Cf. Jules Verne). Sur la première de couverture, cinq personnages sont représentés, cheminant dans la montagne. En plus d’être une invitation à l’aventure, l’auteur nous annonce d’ores et déjà qu’il a choisi de personnifier ses personnages, et via l’animal choisi et leur positionnement sur cette illustration, nous devinons leur rang social et la place (plus ou moins importante) qu’ils auront dans l’histoire. Ainsi, Lord Glenervan – personnage important de l’histoire – est un tigre, placé au premier plan derrière le fils Grant (un chat = certainement agile et astucieux) en protecteur de ce dernier. Et en contre-bas, se trouve le géographe Jacques Paganel, une grenouille (pour représenter sa nationalité ?), particulièrement gaffeuse, mais qui sait toujours « rebondir » quelque soit la situation. Cette adaptation des humains en animaux n’a pas été un problème pour moi, même si certains regretteront la cohabitation d’animaux personnifiés avec des animaux qui ne le sont pas, sans vraisemblablement de choix logique ou explicable entre ceux qui sont au rang d’humains et ceux qui ne le sont pas. Pour ma part, cela ne m’a pas choqué ; j’ai surtout apprécié l’allusion aux fables de Jean de la Fontaine -notamment dans le rang social de chaque animal. Pour en finir avec mon analyse de l’illustration, je dirai que chaque vignette a fait l’objet d’un véritable travail des détails. Le pari esthétique est largement emporté.

Quant au texte et au choix des passages représentés dans la BD de l’ouvrage original, cela a très bien été réalisé. Pour moi, c’est un BD réfléchie, avec une certaine valeur intellectuelle ; elle ne cherche pas juste à distraire le lecteur – même si c’est un véritable plaisir de lecture – , mais c’est aussi une manière de recréer l’œuvre de Jules Verne et de la rendre plus accessible, comme Jules Verne lui-même rendait plus accessible les sciences à ses jeunes lecteurs contemporains.

L’illustration est le texte sont complémentaires ; parfois l’un prend le dessus sur l’autre, selon les effets recherchés par l’auteur – l’action appartenant plus à l’illustration, et la narration au texte.

J’aimerais finir cette critique en disant que j’ai remarqué une place importante faite aux femme dans cette BD. Lady Héléna, la femme du lord, est celle qui parvient à déchiffrer le message codé du capitaine Grant. Les autres personnages – à 95 % masculin – vont l’écouter et prendre en compte ce qu’elle dit. Je ne sais pas si Jules Verne l’a vraiment fait de cette façon, mais j’ai été agréablement surprise, car à l’époque de l’histoire, les femmes dans la société n’étaient absolument pas importantes ; considérées comme moins « utiles » que les hommes. »

Une super BD pour tous les férus de grandes aventures qui nous amènent au quatre coins du monde !

Les enfants du capitaine Grant - Verne et Nesme

Les enfants du capitaine Grant
Alexis Nesme
Delcourt – Mai 2009
10,95 €

Les enfants du capitaine Grant - Verne et Nesme 2 Les enfants du capitaine Grant - Verne et Nesme 3

Les enfants du capitaine Grant - Nesme

Cinq minutes et des sablés – Stéphane Servant et Irène Bonacina

Et si la mort était un exhausteur de vie ? Stéphane Servant et Irène Bonacina nous propose cette réflexion dans leur dernier album Cinq minutes et des sablés ; l’histoire d’une petite vieille qui ne prête plus attention au temps qui passe.

La petite vieille s’ennuie,seule chez elle. Et son unique hobby pour tuer le temps est d’attendre patiemment Madame la mort. Et Madame la mort, la voilà justement ! La petite vieille, bien prête à partir et ayant déjà tout prévu pour son dernier voyage, lui demandera tout de même un instant pour se chausser. Et pour la faire patienter, elle propose à Madame la mort de prendre un thé et des sablés. Parce qu’après tout, cinq minutes de plus ou cinq minutes de moins, quelle différence cela fait ?…
Tout l’album est construit sur une exquise accumulation de cinq minutes ; une accumulation de ce temps que l’on grappille ici et là, juste pour le plaisir (rire, jouer, danser cinq minutes de plus) et qui, au bout du compte, représente la Vie – la vraie -, brodée de bonheurs.

Un album d’une délicatesse hors du commun, qui agit comme une piqûre de rappel pour les lecteurs adultes et une piste à suivre pour les plus jeunes quant à l’importance de l’amour, de l’amitié et de la joie pour Exister et non subir son existence.
Un éveil à la pleine conscience de soi et une ode à la vie ; une savoureuse alliance, qui nous laisse en mémoire un merveilleux goût de vivre, d’épices et de gingembre… Merci.

Couv Cinq minutes et des sablés Servant Bonacina

Cinq minutes et des sablés
Stéphane Servant et Irène Bonacina
Didier Jeunesse – Octobre 2015
13,10 €

Cinq minutes et des sablés Servant Bonacina 1 Cinq minutes et des sablés Servant Bonacina 2 Cinq minutes et des sablés Servant Bonacina 3

Cinq minutes et des sablés - Stéphane Servant et Irène Bonacina

Le Phare d’Edgar – BONVICINI Stéphanie et LE GALL Bérengère

Quel bonheur de retrouver la plume captivante de Stéphanie Bonvicini qui nous avait émus avec La Petite Taiseuse.

Voici l’histoire d’Edgar, vieux gardien de phare, qui depuis toujours guide les bateaux à la pointe de l’île. Des messieurs en costume viennent pour déloger Edgar, construire un nouveau phare, moderne et sans gardien. Edgar se met alors à pleurer, pleurer, sans pouvoir s’arrêter.

Ce texte plein d’une belle solidarité est porté par des illustrations résolument modernes de Bérengère Le Gall. Un trait franc, précis, très dynamique.

On va sauver ce phare !!!

Le phare d’Edgar
Stéphanie Bonvicini et Bérengère Le Gall
Ed. Marmaille – Mai 2014
15 €

 

Capture d’écran 2014-06-24 à 22.31.30