Lady Helen, Le Club des mauvais jours. Tome 1 – Alison Goodman

Avril 1812, Londres en période pré-victorienne, sous la Régence.

Lady Helen est une jeune femme vive et perspicace, issue d’une grande famille de la noblesse londonienne. Nous la découvrons peu de temps avant son entrée dans la cour et sa présentation à Sa Majesté la reine régente. Ce passage lui permettra  d’aller de bals en bals et espérer un mariage avantageux. Mais Lady Helen n’est pas tout à fait comme les autres demoiselles de son âge. Se marier n’est que le cadet de ses soucis, et elle s’interroge beaucoup sur ses parents, sur l’opprobre que la société a jeté sur sa mère – à qui on lui interdit de ressembler ! Beaucoup d’interrogations lui brûlent les lèvres, mais elle n’a personne à qui les poser. Elle sait bien que sa tante lui répondrait qu’il est inapproprié pour une jeune fille de poser des questions… Et si la majorité du temps, elle arrive à se contenir, il lui arrive que son naturel revienne au galop, notamment lorsque sa servante lui apprend qu’une des bonnes de la maison a disparu et que son oncle ne semble rien faire pour la retrouver. Lady Helen ne peut pas s’empêcher de mener l’enquête, secondée de sa servante Derby. Sa courte investigation l’entraînera sur de lugubres chemins… Et c’est sans compter sur l’arrivée de Lord Carlston, un homme mystérieux et glacial, à la réputation sulfureuse… Cet homme, appartenant au club des mauvais jours, va ouvrir les yeux de Lady Helen sur une horrible vérité : des incubes et succubes ont envahi notre monde, et vivent parmi les Hommes. Dissimulés dans toutes les classes sociales, ils se nourrissent de l’énergie vitale de leur victime. Lady Helen est l’une des seules humaines à pouvoir lutter contre ces démons. Ses pouvoirs sont immenses… Mais si elle rentre dans ce combat, elle devra faire une croix sur la vie, certes parfois frustrante, mais facile, insouciante et faite de privilèges qui lui était offerte, et embrasser une vie que l’on considère comme licencieuse pour une femme, et où la souffrance est omniprésente.

Voici le premier tome d’une trilogie qui s’annonce palpitante ! Alison Goodman signe ici un roman copieux où l’on se sent bien, où l’on a envie de découvrir la société londonienne pré-victorienne, mais aussi l’univers fantastique qui nous a été concocté ! Et puis le comportement finalement très féministe de l’héroïne dans ce milieu si misogyne n’est pas fait pour nous déplaire !… Avis à tous les amateurs de fantastique dans un cadre tout à fait original : à déguster très rapidement !

lady-helen-le-club-des-mauvais-jours-alison-goodman

Lady Helen, Le Club des mauvais jours
Alison Goodman
Gallimard jeunesse – Août 2016
19,50 €
9782070663477

 

Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

Janvier 1945, sur la route de la Prusse orientale prise, quatre destinées. Des millions de réfugiés Polonais, Lituaniens, Tchécoslovaques sont pris en étau et tentent de rallier à pied les côtes de la mer Baltique pour fuir sur le premier bateau en partance. L’Allemagne nazie considère tous ces ressortissants comme des sous-hommes. De l’autre côté, l’armée rouge pille leurs terres, viole et tue avec une atrocité qui dépasse le sens commun.

Le destin a réuni Emilia, Florian, Joanna et Alfred. Emilia est e de quinze qui a fui le massacre de son village en emportant un lourd secret. Florian, restaurateur d’œuvres d’art allemand fuyant les nazis, est un déserteur au milieu des réfugiés d’Europe de l’Est. Joanna, infirmière lituanienne, a laissé derrière elle sa famille avec une autorisation d’être rapatriée en Allemagne. Alfred est un matelot nazi du Wilhelm Gustloff, paquebot allemand faisant partie de l’opération Hannibal qui doit évacuer des réfugiés. Quatre personnalités qui traversent des étendues glaciales pour sauver leur peau face à l’horreur.

Ruta Sepetys retrace un bout d’Histoire méconnue à travers le prisme de ces différents regards et cultures. Avec des chapitres très courts, elle brosse des portraits à vif, bouleversants de vérité. Après une longue et lente marche dans des paysages de glace, les faits s’accélèrent au rythme de l’Histoire. Un vibrant hommage à des milliers de victimes oubliées.

Un très beau roman que l’on ne peut pas lâcher.

Le sel de nos larmes - Ruta Sepetys

Le sel de nos larmes
Ruta Sepetys
Gallimard jeunesse – Juin 2016
16,50 €
9782070580712

Enregistrer

Enregistrer

L’Enfant et le Masque de fer, Jean-Pierre Kerloc’h

Depuis toujours, Marie-Anne vit entourée de murailles. Recluse dans château, le quotidien de la jeune fille se limite à la lecture, la musique et les leçons de son précepteur ; la jeune fille reçoit en effet une éducation réservée à la noblesse, mais sans pour autant savoir ses origines. En effet, le mutisme et le mystère planent au-dessus de l’identité de son père… A la mort de sa mère, Marie-Anne est envoyée dans un austère couvent d’où elle ne pourra sortir que des années plus tard, à ses quinze ans, grâce au chevalier d’Artagnan et de son épouse qui s’occuperont de parachever son éducation pour qu’elle puisse devenir dame de la Cour du roi Louis XIV. Pourquoi Marie-Anne fait-elle d’une attention si particulière ? Pourquoi a-t-elle été si longtemps caché ? Et ses visions troubles et fugitives qui lui reviennent d’un homme au visage d’argent… Tout cela aurait-il un rapport avec son père ?

Le roman de Jean-Pierre Kerloc’h, à mi-chemin entre le roman historique et la légende, est un petit bijou du genre et un véritable plaisir de lecture ! Entre mystère, révélations, rencontres,… ; nous voilà transportés dans une fantastique aventure, où le contexte historique est particulièrement bien dépeint. L’auteur nous prouve une nouvelle fois qu’il sait manier légendes et mythes d’une main de maître. Bravo !

L'enfant et le masque de fer - Jean-Pierre Kerloc'h

L’enfant et le masque de fer
Jean-Pierre Kerloc’h
Didier jeunesse – Mars 2016
14,20 €
9782278059539

 

Et pour feuilleter un extrait :

http://medias.hachette-livre.fr/media/contenuNumerique/026/320742-001-C.pdf

Robin des graffs – Muriel Zürcher

Sam est un jeune homme généreux. Il chante dans la chorale des Copains d’abord au cimetière du Père Lachaise pour les SDF qui ne seront pas pleurés. Il joue aux échecs contre une vieille dame pour gagner sa vie et son logement. Mais le seul projet plein de sens pour lui est celui de graffer dans Paris tous les animaux de l’Arche de Noé issus d’un livre essentiel de son enfance. Le hasard met sur sa route une petite fille de cinq ans, ayant fugué de son foyer, qui s’accroche à lui en le désignant tout de suite comme sa seule famille. Des enquêtes vont s’entremêler, mais les recherches mettent la police sur les dents : désaccord sur la priorité entre retrouver qui est Robin des graffs ou chercher l’enfant disparue.

Sur un rythme très enlevé aux chapitres très courts, le lecteur ne peut pas lâcher Robin des graffs. (allez, encore un p’tit chapitre !) On savoure l’intrigue pleine de sensibilité, de rebondissements, d’humanité et d’humour. Les nombreux personnages aux identités fortes sont particulièrement attachants : les héros Sam et Lilibelle bien sûr, mais aussi Nora la capitaine de police partagée entre ses émotions et son devoir, Mme Decastel acariâtre et subtile vieille dame, Hector Laval l’avocat de la cause des faibles… Sam ne veut pas s’attacher à cette petite fille car il a un cœur blessé, mais elle lui renvoie toute son enfance et ce qu’il est, il n’arrive pas à la ramener dans son foyer. Tous les questionnements entre ce que chacun doit faire et ce qu’il veut faire sont très forts ; on les retrouve pour presque tous les protagonistes du roman. Aussi, le dilemme subi par la capitaine de police résonne avec l’actualité : faut-il mener l’enquête sur Robin des Graffs que tous les médias relaient comme lui ordonne son commissaire ou bien retrouver la petite fille qui court un danger ? L’analyse du 4ème pouvoir que sont les médias est très fine. Réflexions très actuelles.

Un gros coup de cœur pour ce roman, donc ! Malgré une fin tellement « happy end » (pour briguer Hollywood ça, non ?!).

Robin des graffs - Muriel Zürcher

Robin des graffs
Muriel Zürcher
Ed. Thierry Magnier – février 2016
14,50 €

Robin des graffs

Je suis qui je suis – Catherine Grive

Raph’ ne part pas en vacances cet été ; sa mère est enceinte et ses parents ont décidé de faire des économies pour l’arrivée du bébé… Il va donc falloir rester à Paris ! Et pour couronner le tout, les parents de Raph’ lui demandent de ranger sa chambre ! La plaie !…

C’est sur ces entrefaites – pouvant sembler légers – que commence le roman de Catherine Grive (publié au Rouergue). Mais l’ennui de Raph’ et son désintérêt pour tout ce qui l’entoure cache plus qu’une simple morosité liée aux circonstances. Il ait des chagrins que l’on ne parvient pas à expliquer ; des envies d’ailleurs que l’on comble comme on peut, quitte à être dans l’illégalité sans même le réaliser ; des besoins d’un autre genre, mais de quel genre au juste ?…

Un questionnement sur l’identité genrée et les regards – des Autres et de soi – sur ce que nous « devrions être ». Et si nous étions tout simplement nous ? Un roman pudique qui met en évidence un questionnement prégnant à l’adolescence. Super, et merci à l’auteure et au Rouergue !

« Je suis qui je suis et je serai qui je veux. »

Je suis qui je suis - Catherine Grive

Je suis qui je suis
Catherine Grive
Rouergue – Mars 2016
9,20 €

http://www.lerouergue.com/catalogue/je-suis-qui-je-suis

Je suis qui je suis

 

Cité 19 – Stéphane Michaka

Faustine, en fouillant dans les pas de son père disparu, se trouve projetée au cœur d’un Paris du XIXème siècle. Ayant baigné dans cette période pendant toute son enfance, elle se retrouve dans un monde qui lui est rapidement familier. Il y a tout de même un élément intrigant : impossible de déterminer exactement à quelle date elle s’est réveillée, il reste un flou. Faustine est embarquée dans une intrigue où elle poursuit un personnage très inquiétant…

On ne veut pas trop en dire pour ne pas tout dévoiler… Dans ce roman à l’écriture rapide avec ses chapitres courts, Stéphane Michaka jongle entre roman historique, science-fiction et polar ! La construction de cette fiction est totalement surprenante et haletante. Le lecteur ne sera peut-être pas séduit dans les premières pages, mais il le deviendra très rapidement avec une plongée dans les grands chantiers d’Hausmann, puis avec un grand rebondissement au milieu de ce premier tome. On attend le deuxième tome avec impatience maintenant que les pièces de l’intrigue sont posées…

Ce roman a été raconté en épisode sur France Culture en 2012, ce devait être très prenant !

Cité 19 - Stéphane Michaka

Cité 19, tome 1
Stéphane Michaka
Rocket jeunesse – Octobre 2015
16,90 €

Cité 19 - Michaka

 

Le théâtre du poulailler – Helen Peters

Hannah, aînée de la fratrie, rêve d’écrire et de jouer ses pièces de théâtre. Mais son père, qui est sur le point de perdre sa ferme suite au décès de sa femme, s’y oppose farouchement. Alors, sans en parler à son père, elle décide de participer à un concours avec son amie Lottie en créant le théâtre secret du poulailler, espérant gagner le premier prix et ainsi aider son père pour garder la ferme…
Un beau roman, frais et plein de rebondissements, que l’on aime partager. De ces romans enthousiastes, où l’on suit la volonté d’une jeune fille de réaliser ses rêves, des valeurs de solidarité mais aussi la difficulté de faire vivre une petite ferme.

Le théâtre du poulailler - Helen Peters

Le théâtre du poulailler
Helen Peters
Folio Junior – Mai 2013
9,50 €

Le théâtre du poulailler - Helen Peters