Critique du club des lecteurs : Nouvelles contemporaines, Regards sur le monde – Delphine de Vigan, Timothée de Fombelle et Caroline Vermalle

Nouvelles contemporaines. Regards sur le monde, est un recueil de nouvelles, écrites par Delphine de Vigan, Timothée de Fombelle et Caroline de Vermalle.
Cet ouvrage ne recèle que de nouvelles écrites à la première personne, et chacune d’elles met en scène des personnages, des familles,… toujours différents.
Elsa compte le temps qu’il reste avant que son père ne revienne, et, à force de compter, elle pense que son cœur devient sec ; May dessine sa future maison pendant la nuit, dans son hôtel ; un écrivain nous raconte sa vision du monde à travers son écriture ; Gaston, un homme âgé, ne cesse de penser que les choses auraient pu être différentes si son père n’était pas parti à la guerre, et continue à l’attendre dans son carrousel ; Vincent, qui cherche à redonner goût à la vie à sa fille qui a essayé de se suicider. Tous ces personnages sont héros de différentes nouvelles, et chacun possède sa propre conception du monde. Regarder les choses à travers les yeux d’Elsa, c’est différent qu’à travers ceux de May ou ceux de Vincent. Et cela entraîne une réflexion sur notre propre perception de ce qui nous entoure et de ce que l’on vit.
Tous les membres du club des lecteurs s’accordent à dire que les nouvelles ne sont pas toutes égales. Cela étant, si certaines n’ont pas été appréciées par un lecteur, elles peuvent avoir été adorées par un autre. Voilà pourquoi il est difficile de ne citer qu’une seule opinion de lecteur. Je vous propose donc trois réflexions de lecteur, créées par la lecture de trois nouvelles différentes:
Pour Ambre, la nouvelle de Timothée de Fombelle « J’ai attendu » fut une véritable révélation. Après avoir longtemps réfléchi à la signification de l’attente du personnage principal, elle a réalisé que nos conditions de vies ne tiennent parfois (notamment lorsque l’on est enfant) qu’à la chance ou la malchance. Cela soulève des interrogations quant aux notions d’inégalité et d’injustice – « pourquoi moi, et pas elle ? » -, mais aussi de hasard.
Pour Paolo, c’est la nouvelle de Caroline Vermalle « La Fille du déménageur » qui l’a le plus enthousiasmé. Cette nouvelle, entièrement fondée sur la relation entre un père et sa fille, est un exemple évident selon lui que l’argent ne fait pas le bonheur, et que le bonheur ne s’achète pas. On ne le trouve que dans l’amour et l’affection que l’on porte aux gens qui nous sont importants et dans la capacité à le leur dire.
Pour Martin, la nouvelle de Timothée de Fombelle « Le Dernier tour » est bouleversante. Déjà, dans un premier temps, parce que les derniers instants changent tout à fait la compréhension de l’intégralité de la lecture. Mais aussi, et surtout, parce qu’elle met en évidence le chagrin intarissable que peut nous procurer la perte d’un être cher, et comment la tristesse peut « rendre fou » lorsqu’elle est liée à un refus de continuer à vivre malgré tout.
Et vous, quelle nouvelle aura changer votre regard sur le monde ?…

Afficher l'image d'origine

Nouvelles contemporaines. Regards sur le monde
D. de Vigan, T. de Fombelle et C. Vermalle
Livre de poche – Avril 2012
4,95 €
9782013232876
Publicités

L’Ours qui n’était pas là – Oren Lavie et Wolf Erlbruch

Les éditions de La joie de lire nous propose ici un bel album philosophique pour grands, où toute la question est de savoir comment devenir soi…

L’ours qui n’était pas là est né, puis il est devenu ours. Mais savoir que l’on est Ours ne suffit pas à savoir qui l’on est. Alors, au fil de ses rencontres et de ses pérégrinations, il va apprendre à se connaître pour pouvoir enfin se reconnaître…

Cet album, qui est loin d’être évident par sa thématique et le traitement que ses auteurs en ont fait, est pourtant une mine quasi-inépuisable de réflexions (sans parler de son esthétique, qui est un véritable ravissement !). Entre douceur, pensées constructives et positives, questionnements sur le bonheur et l’acceptation de soi, il entraîne le lecteur à s’envisager avec tendresse ; à se juger non pas pour ce qu’il voudrait être ou obtenir, mais bel et bien pour ce qu’il est et possède déjà.

Le bonheur est à portée de main. Il suffit juste d’ouvrir la main… Alors portons hauts les cœurs !

L'ours qui n'était pas là - Oren Lavie et Wolf Erlbruch

L’Ours qui n’était pas là
Oren Lavie et Wolf Erlbruch
La Joie de Lire – Octobre 2015
16,90 €

L'ours qui n'était pas là Lavie et Erlbruch

Un prince à la pâtisserie – Marek Bienczyk et Joanna Concejo

Ooohhh… Ça fait 2 ans que l’on attend patiemment cette petite merveille ! Car il s’agit bien d’une merveille qui nous arrive de Pologne. Tout d’abord le format tout en hauteur qui s’ouvre sur un long leporello. Ensuite, le trait remarquable de Joanna Concejo qui offre une illustration très léchée toute en poésie, avec la petite touche bonus des trèfles à quatre feuilles sur l’envers de l’ouvrage. Et enfin le texte profond de Marek Bienczyk qui entraîne son lecteur vers une réflexion sur le bonheur.

Un prince en pleine dégustation de beignets et autres pâtisseries, en compagnie d’une flatteuse, se pose la grande question de la légitimité de son bonheur. Sur un ton léger, entre mots et dessins, ce livre pousse le lecteur vers une philosophie positive ; le prince peut-il manger ces pâtisseries ? A-t-il le droit à ce bonheur ? Ces questions se posent avec légèreté et un tendre humour. Ma-gni-fique ! Ce petit bijou saura enchanter les petits et les grands. A savourer !

Merci aux éditions Format.

Couv Un prince à la pâtisserieUn prince à la pâtisserie
Marek Bienczyk et Joanna Concejo
Editions Format – Octobre 2015
24 €

Un prince à la pâtisserie - Marek Bienczyk et Joanna Concejo

Alcibiade – Rémi Farnos

Alcibiade, c’est le prénom d’un jeune garçon qui souhaite connaître son destin. Il décide alors de partir pour un long et périlleux voyage  dans le but de rencontrer Le Vieux Sage au savoir prophétique, de l’autre côté du monde. Pour y parvenir, Alcibiade devra surmonter de nombreux obstacles, que cela soit seul ou aidé par des compagnons de route. Son voyage durera des années et des années. Et ces mêmes années contribueront à créer la légende d’Alcibiade ; celui que rien ne peut arrêter et qui a libéré le monde de certaines craintes…

Cette bande dessinée, signée par Rémi Farnos à la Joie de lire, est un petit objet tout en finesse et en philosophie. Le format et l’utilisation graphique et esthétique de la page en charmeront plus d’un, et son propos pousse le lecteur à s’interroger sur la capacité de chacun à choisir sa propre destinée. La mise en page est maligne et très soignée. Une fable mythologique tout à fait charmante !

Alcibiade - Rémi Farnos

Alcibiade
Rémi Farnos
Ed. La Joie de lire – Août 2015
10 €

alcibiade-Remi Farnos

Alcibiade - Remi Farnos

 

 

Le monde t’appartient – R.Bozzi et O.Zagnoli

« Le monde t’appartient et tu appartiens au monde »… Tout est dit. A travers un album très graphique, les auteurs nous font réfléchir sur la liberté, les libertés : la liberté de jouer, la liberté de grandir, la liberté d’être triste, la liberté d’apprendre, la liberté de croire, de ne pas croire… La question sous-jacente est celle du bonheur, de l’affirmation de soi.

Les illustrations sont intemporelles et rendent immédiate la compréhension des messages. Elles offrent une sorte de jeu de miroir.

Une pépite !Le monde t'appartient - Bozzi & ZagnoliLe monde t’appartient
Ricardo Bozzi & Olimpia Zagnoli
Grasset – Juin 2014
12,50 €Le monde t'appartient - Bozzi & Zagnoli

Le Monde t'appartient - Bozzi & Zagnoli

La cour des miracles – Henri Meunier et Jean-François Martin

Une promenade poétique et philosophique au royaume des éclopés et des marginaux, pour interroger les différences et les préjugés sociaux…

Le texte d’Henri Meunier et les illustrations de Jean-François Martin proposent au lecteur une déambulation dans les ruelles de la cour des miracles, où l’on croise des personnages atypiques –  des angelots noirs, une liseuse de bonne aventure, un cyclope,un éléphant barman,… – qui sont autant de références à ces figures d’exclus passées et présentes dans l’inconscient collectif.
Cet album questionne nos présomptions et le poids des apparences dans notre société. Sommes-nous obligés de ressembler aux « autres » pour mériter notre statut d’Homme ? Et notre humanité ne passe-t-elle pas par une chose bien plus essentielle que notre aspect extérieur ?
Le cheminement physique du personnage accompagne le cheminement psychique du lecteur, qui, arrivé au terme de la balade littéraire, pourra à son tour reprendre son chemin sur Le Grand Boulevard, avec un regard différent sur les petites ruelles adjacentes et ceux qui s’y promènent…
Un album qui résonne comme une parenthèse de douceur et d’humanité, et qui nous pousse à nos interroger sur nos propres différences et idées reçues… Bravo et merci.

« Je ne suis pas un éléphant, je ne suis pas un animal, je suis un être humain,je suis un Homme. » Elephant Man, David Lynch (1980).

La cour des miracles
Henri Meunier et Jean-François Martin
Le Rouergue – Octobre 2014
15 €

Capture d’écran 2014-11-17 à 17.39.50

Tant que nous sommes vivants – Anne-Laure Bondoux

Dans une ville où tout a été dévasté, où règne la faim et l’angoisse, il ne subsiste que l’Usine, dernier maillon qui assure la survie des habitants. Bo et Hama se rencontrent à l’Usine ; elle est ouvrière de jour, lui de nuit, sur le même poste. Tous deux s’aiment d’un amour fou. Mais un désastre survient à l’Usine, laissant les hommes dans la misère. Les deux amants doivent alors fuir pour trouver un autre moyen de subsistance. Commence alors pour eux un fabuleux périple initiatique vers des territoires inconnus à la recherche de leur place dans ce monde…

Anne-Laure Bondoux dépeint des décors en ombres chinoises où évoluent des personnalités fortes qui sont chacune en quête de soi. Avec son écriture limpide, elle décrit brillamment des mondes très différents où chacun se construit. Le lecteur suit le périple des personnages et les chemins croisés. Si l’on peut apporter un bémol à ce roman, c’est la tentative de fantastique où l’auteur s’est aventurée : sans originalité, ni intérêt dans la narration, même si elle essaie de rattraper cette tentative à la fin du récit. Le lecteur se régalera tout de même dans cette quête initiatique dense.

Tant que nous sommes vivants
Anne-Laure Bondoux
Gallimard Jeunesse – Septembre 2014
17 €

 

Et on en profite pour une petite sélection Anne-Laure Bondoux :

Capture d’écran 2014-10-13 à 21.06.43