Esther – Sharon E. Mc Kay

En arrivant à Québec en 1738, Esther est déguisée jeune homme sous le nom de Jacques Lafargue et est démasquée par l’intendant Hocquart. Ainsi commence le récit où elle raconte qu’elle a grandi dans le ghetto juif de Saint-Esprit, dans les environs de Bayonne qu’elle a dû quitter par bateau quelques années plus tôt. Son navire a fait rapidement naufrage à Biarritz où elle est hébergée chez Catherine Churiau qui, voulant exploiter sa beauté, la forma pour devenir demoiselle à la cour du roi Louis XV. Suite à de nombreuses péripéties, elle s’est enfuie et a vécu plusieurs vies : aide à tout faire dans un couvent, boulanger, matelot… Le destin l’a menée en Nouvelle-France où elle espérait retrouver Philippe, le marin qui l’avait sauvée du naufrage au début de son aventure. Mais la Nouvelle-France était un état catholique où l’entrée de personnes de confession juive était interdite.

Un récit haletant, avec de multiples rebondissements, inspirée de l’histoire vraie et fascinante d’une héroïne méconnue de l’Histoire. Esther Brandeau est une icône aux libertés, liberté de croyances, liberté de la femme. Coup de cœur.

Esther
Sharon E. McKay
Ecole des loisirs, coll. Medium – Septembre 2016
18,80 €
9782211207393

capture-decran-2016-12-19-a-11-49-32

Enregistrer

Un voyage en mer – Gérard Lo Monaco

Magnifique voyage en mer sur des bateaux de légende à travers les quatre coins du monde. On suit un petit bateau contre vents et marées qui croisera un bateau-pilote, une caravelle, un transatlantique…

Gérard Lo Monaco nous offre encore un travail remarquable de précision et de surprises. Il subjugue son public avec ce voyage en pop-up.

Un voyage en mer
Gérard Lo Monaco
Hélium – Octobre 2016
24,90 €
9782330065546

un-voyage-en-mer-gerard-lo-monaco

Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

Janvier 1945, sur la route de la Prusse orientale prise, quatre destinées. Des millions de réfugiés Polonais, Lituaniens, Tchécoslovaques sont pris en étau et tentent de rallier à pied les côtes de la mer Baltique pour fuir sur le premier bateau en partance. L’Allemagne nazie considère tous ces ressortissants comme des sous-hommes. De l’autre côté, l’armée rouge pille leurs terres, viole et tue avec une atrocité qui dépasse le sens commun.

Le destin a réuni Emilia, Florian, Joanna et Alfred. Emilia est e de quinze qui a fui le massacre de son village en emportant un lourd secret. Florian, restaurateur d’œuvres d’art allemand fuyant les nazis, est un déserteur au milieu des réfugiés d’Europe de l’Est. Joanna, infirmière lituanienne, a laissé derrière elle sa famille avec une autorisation d’être rapatriée en Allemagne. Alfred est un matelot nazi du Wilhelm Gustloff, paquebot allemand faisant partie de l’opération Hannibal qui doit évacuer des réfugiés. Quatre personnalités qui traversent des étendues glaciales pour sauver leur peau face à l’horreur.

Ruta Sepetys retrace un bout d’Histoire méconnue à travers le prisme de ces différents regards et cultures. Avec des chapitres très courts, elle brosse des portraits à vif, bouleversants de vérité. Après une longue et lente marche dans des paysages de glace, les faits s’accélèrent au rythme de l’Histoire. Un vibrant hommage à des milliers de victimes oubliées.

Un très beau roman que l’on ne peut pas lâcher.

Le sel de nos larmes - Ruta Sepetys

Le sel de nos larmes
Ruta Sepetys
Gallimard jeunesse – Juin 2016
16,50 €
9782070580712

Enregistrer

Enregistrer

Je suis la méduse – Béatrice Fontanel et Alexandra Huard

La méduse vogue, flotte, s’évase, dérive… Elle danse, voluptueusement. Mais elle ne pense pas. Elle embrasse les gens, mais ils se sauvent. On suit ainsi une petite méduse qui croise le bain d’une petite fille et qui la pique ; leur lien naît dès cet instant précis.

Béatrice Fontanel narre ici la vie d’une méduse, prédatrice des mers. Pari un peu gonflé de vouloir attendrir avec un être qui inspire tant l’hostilité. Mais on s’y laisse prendre. Le message écologique est subtil, mais clair.

Alexandra Huard nous fascine avec un dessin bourré d’élégance et des couleurs flamboyantes. Le lecteur ne peut qu’être séduit par le trait et la palette déployés dans ces illustrations fascinantes.

On court, on court découvrir ce baiser de la méduse !

Je suis la méduse - Béatrice Fontanel et Alexandra Huard

Je suis la méduse
Béatrice Fontanel et Alexandra Huard
Ed. Les fourmis rouges – Juin 2016
17,90 €
9782369020578

Editions Les Fourmis Rouges - Je suis la méduse

Je suis la méduse

Enregistrer

Les improbables aventures de Mabel Jones – Will Mabbitt

Mabel Jones est une jeune fille qui a commis l’ACTE ; elle a mangé une crotte de nez. Celui qui commet l’ACTE doit partir sur un terrible bateau de pirates. Mabel Jones se retrouve ainsi sur l’Asticot Férosse commandé par l’effrayant capitaine borgne aux crocs jaunis, Idryss Ebenezer Split, entouré d’un crocodile chirurgien, d’un cochon poète, d’une taupe vigie, d’un bouc qui fume et d’un orang-outan costaud mais pas bavard. Parce qu’elle est une fille, Mabel Jones doit subir « le supplice de la perche savonnée de la mort certaine » auquel elle réchappera grâce à son esprit affûté. Elle finira par trouver sa place dans l’équipage, mais son souhait le plus cher restera de celui de rejoindre ses parents. Pour cela, il lui faudra rassembler tous les fragments du X de Big Ben…

Will Mabbitt offre une histoire de pirates cocasse et hilarante, pleine de rebondissements. Le personnage féminin de Mabel Jones est attachant et trouve bien sa place face à la bande de pirates. Elle sauvera sa peau grâce à son intelligence fine. Le lecteur est tenu en haleine par l’aventure, mais aussi par les illustrations toniques et incisives de Ross Collins.

Nos petits lecteurs en recherche de sensations ne lâcheront pas cette improbable histoire de piraterie !Les improbables aventures de Mabel Jones - Will Mabbitt, ill. Ross Collins

Les improbables aventures de Mabel Jones
Will Mabbitt, illustré par Ross Collins
Nathan – Avril 2016
12,95 €

Les improbables aventures de Mabel Jones - Will Mabbit, Ross Collins Les improbables aventures Mabel Jones - Will Mabbitt, Ross Collins 2

Mabel Jones

Critique du club des lecteurs : Les enfants du Capitaine Grant. Alexis Nesme.

Le mois de février, pour le club des lecteurs, a été consacré aux adaptations de romans via d’autres médias !

Depuis le début du cinéma, beaucoup de livres ont fait l’objet d’adaptations filmiques ; comme Autant on emporte le vent (en 1939), ou plus récemment Harry Potter – en 2001 pour le premier film -, ou encore Deadpool cette année 2016. Cependant, il existe d’autres types d’adaptations, comme celle passant du livre aux beaux-arts, ou à d’autres genres littéraires ; à savoir la poésie ou encore la bande dessinée.
Nos jeunes critiques littéraires se sont, eux, intéressés à deux types d’adaptations : celle passant du roman au film, avec l’œuvre d’Evelyne Brisou-Pellen Himalaya, l’enfance d’un chef, et une autre, passant du roman à la bande dessinée, avec l’œuvre originale de Jules Verne ; Les Enfants du Capitaine Grant.

Voici la critique des Enfants du Capitaine Grant, réalisée par Emma:

« Lors d’une sortie en mer, Lord Glenervan, Lady Héléna et leur équipage trouvent, dans le ventre d’un requin, un mystérieux message de détresse. Il révèle le naufrage d’un navire, le Britannia, et l’enlèvement de son capitaine, Lord Grant. S’il est impossible de savoir ce qu’il est advenu du capitaine et de son équipage, tant le message s’est abîmé, un indice de leur géolocalisation est tout de même lisible ; Grant et son équipe se trouveraient sur le 37e parallèle. Après quelques investigations, l’équipe de Lord Glenervan et Lady Héléna parvient à une conclusion quant à la localisation du capitaine Grant ; il pourrait se trouver en Patagonie. C’est ainsi que va débuter cette grande et longue aventure, entre mers et terres sauvages. Car Lord Glenervan, Lady Héléna, accompagnés des enfants du capitaine Grant, du major McNabbs et du géographe français Jacques Paganel, ne sont pas au bout de leurs surprises… Finiront-ils par retrouver le capitaine Grant ?…

J’ai beaucoup aimé l’adaptation en bande dessinée de ce roman de Jules Vernes. Non seulement, cette histoire m’a beaucoup accrochée, mais en plus, Alexis Nesme – scénariste et illustrateur ici – a su respecter l’esthétique du XIXe siècle ; la couverture est très belle et finement travaillée, et imite à la perfection celles des anciens romans, en cuir rouge et gravures dorées (Cf. Jules Verne). Sur la première de couverture, cinq personnages sont représentés, cheminant dans la montagne. En plus d’être une invitation à l’aventure, l’auteur nous annonce d’ores et déjà qu’il a choisi de personnifier ses personnages, et via l’animal choisi et leur positionnement sur cette illustration, nous devinons leur rang social et la place (plus ou moins importante) qu’ils auront dans l’histoire. Ainsi, Lord Glenervan – personnage important de l’histoire – est un tigre, placé au premier plan derrière le fils Grant (un chat = certainement agile et astucieux) en protecteur de ce dernier. Et en contre-bas, se trouve le géographe Jacques Paganel, une grenouille (pour représenter sa nationalité ?), particulièrement gaffeuse, mais qui sait toujours « rebondir » quelque soit la situation. Cette adaptation des humains en animaux n’a pas été un problème pour moi, même si certains regretteront la cohabitation d’animaux personnifiés avec des animaux qui ne le sont pas, sans vraisemblablement de choix logique ou explicable entre ceux qui sont au rang d’humains et ceux qui ne le sont pas. Pour ma part, cela ne m’a pas choqué ; j’ai surtout apprécié l’allusion aux fables de Jean de la Fontaine -notamment dans le rang social de chaque animal. Pour en finir avec mon analyse de l’illustration, je dirai que chaque vignette a fait l’objet d’un véritable travail des détails. Le pari esthétique est largement emporté.

Quant au texte et au choix des passages représentés dans la BD de l’ouvrage original, cela a très bien été réalisé. Pour moi, c’est un BD réfléchie, avec une certaine valeur intellectuelle ; elle ne cherche pas juste à distraire le lecteur – même si c’est un véritable plaisir de lecture – , mais c’est aussi une manière de recréer l’œuvre de Jules Verne et de la rendre plus accessible, comme Jules Verne lui-même rendait plus accessible les sciences à ses jeunes lecteurs contemporains.

L’illustration est le texte sont complémentaires ; parfois l’un prend le dessus sur l’autre, selon les effets recherchés par l’auteur – l’action appartenant plus à l’illustration, et la narration au texte.

J’aimerais finir cette critique en disant que j’ai remarqué une place importante faite aux femme dans cette BD. Lady Héléna, la femme du lord, est celle qui parvient à déchiffrer le message codé du capitaine Grant. Les autres personnages – à 95 % masculin – vont l’écouter et prendre en compte ce qu’elle dit. Je ne sais pas si Jules Verne l’a vraiment fait de cette façon, mais j’ai été agréablement surprise, car à l’époque de l’histoire, les femmes dans la société n’étaient absolument pas importantes ; considérées comme moins « utiles » que les hommes. »

Une super BD pour tous les férus de grandes aventures qui nous amènent au quatre coins du monde !

Les enfants du capitaine Grant - Verne et Nesme

Les enfants du capitaine Grant
Alexis Nesme
Delcourt – Mai 2009
10,95 €

Les enfants du capitaine Grant - Verne et Nesme 2 Les enfants du capitaine Grant - Verne et Nesme 3

Les enfants du capitaine Grant - Nesme

Haïda, l’immortelle baleine – Yann Dégruel et Séverine Gauthier

Ce matin-là, le village se réveille et chaque habitant constate que la marée a fait monter l’eau particulièrement haut. Personne ne sait ni ne comprend ce qui se passe, tout le monde parle beaucoup mais nul ne semble vraiment s’en inquiéter. C’est comme si Kùn, l’immortelle baleine, s’était enfoncée un peu plus profond dans l’océan, inondant les villages qui se trouvent sur son dos.

Une belle légende pour apprentis lecteurs de BD.

Haïda - l'immortelle baleine - Séverine Gauthier et Yann Dégruel

Haïda, l’immortelle baleine
Séverine Gauthier et Yann Dégruel
Delcourt jeunesse – Mars 2015
10,95 €

Haïda, l'immortelle baleine - Séverine Gauthier et Yann Dégruel