Maman loup – Géraldine Elschner et Élodie Nouhen

Inspiré de la sculpture de la Louve du Capitole, Maman loup conte l’histoire de Romulus et Remus. Abandonnés sur les bords du Tibre, ils furent recueillis par une louve qui les a nourris de son lait, protégés des ours, bercés de ses hurlements à la lune. L’histoire s’attache à cette louve et son instinct maternel qui sauveront les deux orphelins alors qu’ils auraient pu être des proies si faciles. Mais elle est retenue : « ces petits avaient peur, ces petits avaient faim », et de tout son corps elle les réchauffera.

Géraldine Elschner dépeint une force vitale qui dépasse toutes les angoisses et l’amour inconditionnel de la « mère », de toutes les mères. En s’attachant essentiellement au moment de l’adoption, puis à celui du départ obligé, l’auteur exprime toute la puissance que représente cette légende. Elle a su jongler avec un épisode légendaire en se focalisant sur sa partie la plus heureuse et en faisant une pirouette pour évoquer la suite tragique de cette histoire.

Les illustrations d’Élodie Nouhen sont d’une beauté toute en finesse. Son trait délicat souligne chaque moment avec grâce. De la rude sculpture de bronze, elle s’envole vers un univers végétal tout en transparence, plein de poésie. Elle joue aussi avec sa palette de couleur : vert aquatique quand la louve trouve le panier d’osier dans le fleuve, dans les rouges quand arrive la menace des ours, bleu profond avec les larmes de tristesse lors de l’enlèvement des jumeaux. Son travail est tout simplement magnifique.

Un très bel album de la collection Ponts des Arts qui, avec une grande liberté, permet à des auteurs d’interpréter des œuvres phares et de transmettre ce patrimoine à nos enfants. N’hésitez pas, vous serez conquis dès la couverture !

Maman Loup Géraldine Elschner et Elodie Nouhen

Maman loup
Géraldine Elschner et Élodie Nouhen
Elan vert, coll. Pont des arts – Août 2016
14,95 €
9782844554116

maman loup elschner et nouhen-1 maman-loup-elschner-et-nouhen-2

Enregistrer

Enregistrer

Le coeur des louves – Stéphane Servant

MA-GNI-FI-QUE !

Célia arrive dans la vieille maison vide de sa grand-mère au bout du village, au fond de la vallée, après un long périple, seule, à travers le pays. Elle y attend sa mère. Ce retour est mal accueilli et fait rejaillir de vieilles histoires. Elles resteront des étrangères. Célia avancera dans la reconstruction de ces histoires emmêlées, pleines de superstitions et de secrets.

Ce roman démarre tel un coup de poing et il est impossible de le lâcher sans en avoir savouré les mystères. L’écriture est d’une puissance qui prend son lecteur aux tripes. La lecture en devient viscérale, il nous faut démêler les nœuds qui lient 3 générations de femme. L’atmosphère est dense, malsaine, captivante, presque mystique.

La sensibilité de Stéphane Servant est réellement profonde. Il sait toucher au cœur de la féminité d’une manière poignante. Il parvient à le faire à travers une narration totalement maîtrisée où il commence par perdre son lecteur pour le rattraper au cours du récit. L’écriture est remarquable, Stéphane Servant signe ici un très grand roman, un immense coup de cœur.

Le cœur des louves
Stéphane Servant
Le Rouergue, coll. Doado – septembre 2013
17,50 €

Une question pour l’éditeur : pourquoi ne pas l’avoir édité dans la collection La Brune chez les adultes ?

 

Petites phrases volées au Cœur des louves :

« Célia avait alors pensé que les vieilles personnes sont un peu comme les enfants. Pour être heureux, il leur suffit de croire à leurs propres histoires. »

« Il y a des coïncidences. Des milliers de choses minuscules qui séparent ou rapprochent les gens. Si on relie tous ces signes entre eux, cela forme une histoire et on réalise que rien n’est dû au hasard. A moins que le hasard lui-même n’ait un sens. »

« La vie est une fiction dont nous sommes à peine des narrateurs. L’auteur, lui, demeure invisible. »

Superbe…

Capture d’écran 2013-10-21 à 15.33.27