Celle qui sentait venir l’orage – Yves Grevet

Fin du XIXe siècle en Italie. Une jeune fille fuit les terres qui l’ont vue grandir. Personne ne doit la reconnaître, sinon sa vie sera en danger. Frida a quinze ans, et ses parents ont été condamnés à mort pour des crimes odieux, alors que rien ne prouve véritablement leur culpabilité. L’issue du procès fut le fruit d’obscures « on dit »… Des « on dit » qui dépeignaient le père de Frida comme le diable, comme un monstre pervers et malsain, assoiffé de sang, ayant perverti sa femme, que l’on avait pourtant connue bonne chrétienne… Mais maintenant que « l’on » s’en est débarrassé, la foule réclame le même sort pour leur enfant, considéré par tous comme le fruit d’une alliance démoniaque.
Frida part pour Bologne, où un docteur renommé a décidé de lui venir en aide. Tous deux ne se connaissent pas, pourtant le célèbre médecin semble fasciné par le cas de la jeune fille. Pourquoi ? Dans quel but cet inconnu accueille-t-il Frida ? Quelles sont ses véritables intentions ? Frida n’en a pas la moindre idée. Tout ce qu’elle sait, c’est la promesse qu’elle s’est faite de tout mettre en œuvre pour prouver l’innocence de ses parents et leur rendre justice.

Entre chasse à l’homme et révélations horrifiantes, Yves Grevet signe une nouvelle fois un roman captivant qui nous invite à réfléchir sur notre condition d’Homme, nos droits et nos devoirs. Sur fond historique – celui d’une Italie conservatrice en plein bouleversement politique et social, à une époque où les sciences humaines n’en sont qu’à leurs prémices et où les superstitions sont tenaces -, cet auteur de talent nous interroge sur la force perverse des préjugés qui, manipulés par des hommes influents, peuvent, par bien des moyens, mener à d’atroces théories et pratiques, comme l’eugénisme.

Yves Grevet nous coupe à nouveau le souffle et nous entraîne dans une aventure palpitante, tout en nous rappelant que notre esprit critique est le seul garde-fou que nous ayons, et qu’il ne faut jamais cesser de l’entretenir et de l’utiliser. Bravo, et merci !
Celle qui sentait venir l’orage - Yves Grevet
Celle qui sentait venir l’orage
Yves Grevet
Syros – Mai 2015
16,90 €
Celle qui sentait venir l’orage - Yves Grevet
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s