Mon bébé croco – Gaëtan Dorémus

Un album à deux voix ; celles de deux êtres que tout oppose, des ennemis jurés qui pourtant s’aiment d’un amour profond et filial.

Un énorme croco à lunettes trouve, un jour de chasse, ce qui lui semble être un petit croco abandonné. Il décide de le récupérer et de s’en occuper comme de son propre bébé. Il trouve tout de même que ce bébé croco est bien étrange ; il ne veut pas manger de viande cru, il rouille quand il va dans l’eau et sa carapace brille sous la moindre lumière. Ce que le grand croco ne sait pas encore, mais que le lecteur a compris dès le début, c’est qu’il ne s’agit pas d’une bébé croco, mais d’un petit garçon, chevalier en armure. Bien évidemment, arrive le moment où le croco s’en rend compte, mais il a alors cette réflexion, si touchante : « je décide que ce petit garçon restera mon bébé pour toujours ».
Le croco et l’enfant se retrouve face à face, le masque est tombé. Et pourtant rien n’a changé entre eux, ils sont même plus complices encore. Rien ? Si, tout de même. Chacun a conscience du mal qu’il pourrait faire à l’autre, et du mal que l’autre pourrait leur faire. Et malgré tout l’amour qu’ils se portent, cette pensée ne les laisse plus jamais vraiment tranquilles. Alors, malgré ce que leurs cœurs leur dictent.
Les peurs et les préjugés ne peuvent rien contre le cœur lorsque celui-ci est parvenu à les dépasser. Il trouvera toujours le moyen de faire entendre SA propre voix.

Cet album, dont la mise en page doit être saluée, est un OVNI du genre. Bien évidemment, d’autres ont abordé la notion d’amour au-delà des préjugés, mais celui-ci va plus loin. D’une part, Gaëtan Dorémus donne la parole aux protagonistes eux-mêmes. Nous vivons cette relation de l’intérieur, nous avons accès aux pensées de l’un et l’autre. D’autre part, les personnages ne parviennent pas à se détacher de leur peur de l’autre ; ils sont prisonniers de leurs craintes, et c’est pour cela qu’ils doivent se séparer. Pourtant, ils finissent par se retrouver… L’ellipse de temps force le lecteur à choisir seul s’ils ne se sont en fait jamais quittés, ou si leur peur a fini par s’effacer pour ne laisser place qu’à leurs sentiments. Mais, quelque soit le scénario choisi par le lecteur, cette fin nous prouve que l’amour est peut-être bien le seul chemin de la sagesse ; il est libre de tout préjugé et peut nous rendre libre si l’on accepte de le suivre.
Enfin, nous devons noter cette illustration, à la fois dure et sauvage, mais également ses couleurs chaudes, tout à fait révélatrices du vécu et du ressenti des personnages ; entre danger et amour, entre force et fragilité, entre Bête et Homme, entre ennemi et ami. Un album abouti qui sort des sentiers battus : bravo.

Mon bébé coco
Gaëtan Dorémus
Albin Michel – Avril 2015
14,90 €

Capture d’écran 2015-04-13 à 18.56.33

 

Publicités

Une réponse à “Mon bébé croco – Gaëtan Dorémus

  1. Pingback: Les sorties : avril 2015 | Le Lapin Blanc·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s