Carole Trébor – Marathon des mots

 

IMG_1436

En voilà un véritable Marathon pour Carole Trébor, venue un court samedi après-midi à Toulouse, le temps d’une lecture ! Nous ne la remercierons jamais assez de s’être prêtée à cet exercice éreintant…

Après une jolie lecture des premiers chapitres de Nina Volkovitch, Carole Trébor a échangé avec ses lecteurs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi, elle nous apprit que le désir d’écrire une fiction se déroulant en Russie, était né après la publication de sa thèse, qui traite des relations artistiques entre la France et l’URSS. Cela explique pourquoi Nina Volkovitch est une trilogie si bien documentée et si précise, que cela soit d’un point de vue historique, ou encore artistique et pictural.

Carole Trébor est également interrogée sur la place de la magie dans ses ouvrages. Elle raconte alors que, comme dans la littérature russe, elle n’a pas eu envie de cloisonner, ni de restreindre ses désirs. Voilà pourquoi le roman historique, le roman d’aventure et le roman fantastique se côtoient et se mêlent pour créer Nina Volkovitch.  De plus, la magie et le merveilleux ont, selon elle, une véritable portée symbolique. Ils donnent corps a une idée précise : l’Art figure l’espoir, la résistance et la liberté – tout comme les anges et les gardiens rencontrés par Nina. Enfin, le merveilleux c’est aussi la marque de « l’imaginaire qui sauve« . C’est ce qui rend supportable le pire, ce qui aide à avancer quand tout vous pousse à arrêter. Et cette considération fonctionne, tant pour le fictif, que pour la vie réelle.

 

Capture d’écran 2014-07-07 à 22.25.54

Enfin, Carole Trébor a mis un point d’honneur à rappeler qu’il n’y a pas de littérature jeunesse d’un côté et de littérature adulte de l’autre : il n’y a que de la bonne ou de la mauvaise littérature, celle qui vous touche et vous transporte, et puis l’autre. Il est important de décloisonner la littérature et de sortir de cette hiérarchisation des genres pour en revenir à l’essentiel : le plaisir – d’écrire, de lire, de faire lire, d’imaginer, de rêver…

Un grand bravo et un gigantesque merci à Carole Trébor !

 

Les prochaines publications de Carole Trébor (que l’on attend déjà de pied ferme !) :

– un préquelle à Nina Volkovitch, qui paraîtra en janvier 2015. Nous y découvrirons comment, au Moyen-Age russe, naquit « la lignée » des Volkovitch…

– un roman post-apocalyptique, prévu en septembre 2015. Il sera composé à plusieurs mains, avec, notamment, Yves Grevet ; le maître des dystopies et du roman d’aventure.

Vivement 2015 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s