Quand j’étais cagibi

Le jour où Amy est devenu cagibi, c’était un vendredi, au petit-déjeuner, personne ne l’écoutait, ni sa mère, ni son père ni sa grande soeur Rosa. Alors Amy s’enferma dans le cagibi. Puisque personne ne semblait prêter attention à elle, elle décida d’y rester pour toute la vie. Et tant pis pour la sortie scolaire, pour le repas de pâtes à la tomate et pour tout le reste ! Amy n’était plus la même : elle était devenue Cagibi.
Dans son cagibi, noir et tout petit, il y a tout ce qu’il faut : un duvet pour dormir, des biscuits et des boîtes de sauce bolognaise pour manger et même des guirlandes de Noël pour décorer les murs ! Mais toute la vie, c’est long ! Une fois installée, il n’y a rien d’autre à faire que écouter, réfléchir, imaginer. Depuis son cagibi, Amy entend tout, les bruits de la maison et même du dehors, les soupirs et les silences. Elle comprend aussi beaucoup : les gênes, les ras-le-bol et les joies, toutes ces choses qu’on n’exprime pas forcément mais qui donnent des couleurs à la vie. Au fond, ça fait du bien, un petit coup de cagibi, tout le monde devrait y penser ! Et quand toute sa famille veut y rentrer, alors Amy veut en sortir.

Un roman tendre et drôle sur une petite fille en colère qui voudrait se faire entendre et parvint à se rassure sur sa place dans la famille.

Quand j'étais cagibi

Quand j’étais cagibi
Hélène Gaudy, ill. Emilie Harel
Le Rouergue, coll. Zig zag – février 2013
7 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s